Suivant Précédent

Fiche d'identité

  • Nom : Racing club de Lens

  • Date de création : 1906

  • Couleurs : Sang et Or

  • Statut : Société Anonyme du Sport Professionnel

  • Président : Gervais Martel

  • Siège : Centre technique et sportif de La Gaillette

  • Nom du stade : Bollaert-Delelis

  • Capacité du stade : 41 233 places assises

Liens directs


youtube rclens youtube rclens youtube rclens
youtube rclens youtube rclens youtube rclens

www.rclens.fr

Samba Sow : « Gravée dans ma mémoire ! »

Après un mois de compétition avec la sélection malienne, le milieu de terrain lensois Samba Sow est de retour à la Gaillette. En obtenant la troisième place de la coupe d’Afrique des Nations 2012, Samba a vécu une magnifique expérience. Entretien exclusif…

Entretien

Découvrez, prochainement, l’album-photos illustré et commenté par Samba !

Rappel des matchs

Matchs du groupe D
Mali-Guinée : 1-0, entré à la 75e.
Ghana- Mali : 2-0, entré à la 86e.
Botswana-Mali : 1-2, titulaire.

Gabon-Mali : 1-1, tab 4-5, titulaire, quart de finale.
Mali-Côte d’Ivoire : 0-1, titulaire, demi-finale.
Ghana-Mali : 0-2, titulaire, pour la 3e place.


Samba Sow face à l'Ivoirien Didier Zokora
Samba, bon retour et félicitations !

Merci. Je suis content de rentrer maintenant, surtout qu’il faisait plus froid il y a deux-trois jours [Sourires]. Même s’il fait 10°C, il fait vraiment froid pour moi car, au Gabon, il faisait très très chaud !

Comment te sens-tu physiquement ?

Ca va car j’ai participé à tous les matchs avec le Mali. La dernière rencontre a été disputée samedi dernier et, depuis, j’ai récupéré. Physiquement, je me sens bien. J’ai eu le coach Jean-Louis Garcia avant de revenir en France. Je reprends l’entraînement samedi, pour le décrassage. Je suis prêt à reprendre, afin de jouer le plus rapidement possible.

As-tu suivi les résultats de Lens ?

Je ne regardais pas les matchs en direct mais j’avais des nouvelles par téléphone grâce à Zak’ [Bergdich], Serge [Aurier, avant qu’il ne parte de Lens]... J’ai vu que Julien [Toudic] cartonnait ! [Sourires] Je suis content pour lui. De toute façon, c’étaient essentiellement les matchs de la CAN qui étaient diffusés. Et puis, pour se connecter à Internet, il fallait être patient ! [Rires]

Ca va t’être difficile de retrouver une place dans un  groupe invaincu depuis le début 2012 ?

En un mois, il se passe beaucoup de choses. Des joueurs prouvent au quotidien qu’ils sont meilleurs et qu’on peut leur donner une chance de jouer. Maintenant, je dois m’imposer même si je sais que je ne vais pas jouer dès mon retour. Le coach fait ses choix. Je dois être patient et travailler pour montrer à tout le monde que j’ai une place à prendre.

Qu’est ce qui t’a le plus manqué ?

Au bout de deux semaines, la Gaillette me manquait ! [Rires] Ca fait longtemps que je suis à Lens donc, quand je pars longtemps, j’ai envie de revenir.


...puis en duel avec Yaya Touré
C’est comment de participer à la CAN ?

C’est une compétition très attendue en Afrique ! Il y a une pression énorme ! Tout le monde a envie d’y faire quelque chose. Beaucoup de grands joueurs y participent. C’est différent du championnat que je côtoie cette saison. Même si la CAN n’a duré qu’un mois, c’était très rythmé et il y avait beaucoup de pression. Ca change mais je suis content du parcours du Mali et j’espère participer à d’autres CAN !

Pensais-tu à un si beau parcours du Mali ?

Les gens disaient que nous étions une équipe jeune, privée des « stars ». Mais nous savions qu’il y avait du talent ! Nous ne nous sommes pas fixés d’objectif, nous voulions juste faire mieux que lors de la dernière CAN, en 2010, où nous avions été éliminés dès le premier tour. Comme lors de la précédente CAN d’ailleurs. Finalement, nous avons fait un bon parcours et nous finissons troisièmes. Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli !

Ce n’est pas la première fois que tu y participes mais on sent que tu as passé un cap.

Depuis qu’Alain Giresse est le sélectionneur du Mali, il fait appel à moi. Même quand j’étais blessé pendant une saison. Ca montre qu’il me fait confiance. A la CAN, je m’attendais à être titulaire dès le premier match mais je ne vais pas me plaindre car j’ai eu du temps de jeu. Je suis entré au cours des deux premiers matchs, puis j’ai été titularisé le reste de la compétition. Je suis content de mon parcours personnel et de celui de toute l’équipe !

Tu as joué avec ton « grand-frère » Seydou Keita que tu as connu à Lens. A-t-il encore tenu le rôle de guide ou as-tu volé de tes propres ailes ?

[Sourires] Ah, Seydou ! C’est toujours le guide dans l’équipe, même s’il ne vient pas personnellement te parler. Il me rappelle un peu Lens car ça lui arrive de demander des nouvelles du club et me parle de ses souvenirs. Seydou, c’est un grand frère. Il m’a beaucoup aidé à Lens, et au Mali aussi. Je pourrais dire à mes enfants que j’ai joué avec Seydou Keita ! [Sourires] C’est une fierté pour moi, et je pense que ça l’est aussi pour tous les jeunes maliens car Seydou est une star au pays. Il est énormément respecté.

Ca doit faire du bien d’enchaîner les victoires même si vous avez chuté deux fois, notamment en demi-finale ?

Nous n’étions pas les favoris et nous voulions bien figurer dans cette compétition. Arriver en demi-finale, c’est quand même quelque chose ! Contre le Ghana, pour notre premier match, nous avons un peu de regret. Nous avons craint l’adversaire et nous n’avons pas beaucoup joué. Perdre 2-0, c’est quand même lourd. Contre la Côte d’Ivoire, nous avons manqué de chance, car nous avons bien joué. Encaisser un but, juste avant la mi-temps, ça nous a fait très mal. Mais bon ! C’était contre la Côte d’Ivoire et le Ghana ! C’étaient les deux favoris. Je pense que finir troisième, c’était « inattendu » pour nous !

Samba Sow : « Je pourrais dire à mes enfants que j’ai joué avec Seydou Keita ! [Sourires] »
Quelle équipe t’a le plus impressionnée ?

La Zambie, car je ne savais pas que cette équipe jouait comme ça ! [Rires] Dès le premier match, face au Sénégal, elle a impressionné. Son capitaine et ses attaquants courent vraiment vite. Ils ne se fatiguent jamais, alors qu’il faisait très chaud ! [Rires] Je ne connaissais aucun des joueurs de cette équipe, donc je ne m’attendais pas à ça. Ils ont gagné la CAN, chapeau à eux et félicitations !

Quel match t’a le plus marqué ?

Je pense que c’est Gabon-Maroc. J’ai regardé un peu Adil Hermach, qui a joué en plus. [Sourires] Le Maroc menait 1-0, il restait dix minutes et le Gabon a égalisé, a gagné et a éliminé le Maroc. C’est le seul match de la CAN que j’ai regardé.

Justement, à part Seydou Keita, as-tu croisé d’autres anciens Lensois ?

On ne s’est pas vu car j’étais au Gabon et eux en Guinée. Il y avait Mohammed Diamé [Sénégal], Adil Hermach [Maroc] et Issam Jemaa [Tunisie]. Mais j’ai suivi un peu leur parcours.

Et des grands noms ?

Yaya Touré [Côte d’Ivoire], Didier Drogba [Côte d’Ivoire], les frères Ayew [Ghana]… et j’en oublie ! Et bien sûr, avec nous, il y avait Seydou Keita ! [Rires] Quand je les croisais, je n’étais pas en mode « fan ». Je respecte ce qu’ils ont fait. Ils ont joué dans de grands clubs et ont gagné des titres. De les voir, ça donne envie de faire comme eux. Mais, non, non, il n’y a pas de photos de Yaya dans ma chambre ! [Rires]

Gardes-tu un souvenir fort sportif ou extra-sportif de cette CAN ?

Déjà, de terminer troisième ! Ca faisait quarante ans que le Mali n’avait pas ramené de médaille à la maison. Je n’avais jamais vu un tel accueil ! Les supporters étaient fous ! Au lendemain de notre victoire face au Ghana, nous avons rencontré les supporters au stade Modibo Keïta de Bamako [Mali]. C’était impressionnant ! Même quand on jouait au Gabon, les Maliens étaient à fond ! Ils étaient fiers de nous. Je pense que cette CAN sera longtemps gravée dans ma mémoire !

Depuis janvier, tu as joué pour ton pays, sur le continent de tes racines. J’imagine que ça marque. C’est important !

La CAN, en Afrique, c’est un truc de fou ! Même les gens qui n’aiment pas forcément le football s’installent devant leur télévision, écoutent la radio. A chaque fois que le Mali gagne, c’est une fête au pays ! Ca reste une médaille de troisième mais c’est beaucoup pour eux. Je suis vraiment content d’avoir participé à cette CAN et d’avoir apporté cela au Mali. Ca me fait vraiment plaisir ! Je n’arrive même pas à trouver les mots tellement c’est important !


Samba Sow : « Je n’avais jamais vu un tel accueil ! Les supporters étaient fous ! »
On t’a beaucoup vu danser, sur des photos postées sur Internet, lors de l’obtention de la troisième place.

Il existe un ancien chant au Mali, pour les guerriers, qui est accompagné d’une danse. Ca s’appelle le « Zimbolé ». Même si je ne danse pas très bien, j’ai essayé ! [Rires]. Après tous les matchs, on chantait et on dansait ça. Comme je l’ai dit précédemment, une fois que nous sommes rentrés au Mali, nous sommes allés au stade saluer le président et les supporters. De l’aéroport au stade, le « Zimbolé » retentissait sur notre chemin ! C’était magnifique !

Qu’est-ce que cette expérience t’a apporté ?

Je n’avais jamais connu cela avant. Maintenant, de voir que les gens sont fiers de moi, je pense que ça m’aidera au quotidien. Ca me donne encore plus envie de progresser, de gagner et d’aller plus haut dans ma carrière.

Beaucoup d’observateurs français étaient présents dans les tribunes. Comme eux, as-tu repéré des joueurs en devenir durant cette CAN ?

Le Tunisien Youssef Msakini à une bonne technique. Il joue milieu excentré. Il a d’ailleurs marqué deux beaux buts. Le Zambien Evans Kangwa a une vitesse étonnante. Il ne s’arrête jamais ! Je pense que l’on va beaucoup entendre parler de ces deux jeunes dans les années à venir.

Par Leïla Talbi - www.rclens.fr
Partager - Archiver - Commenter
PARTENAIRE PRINCIPAL


Umbro


PARTENAIRES OFFICIELS



Café Grand'Mère Just Mutuelle
Crédit agricole Café Grand'Mère Pas de Calais Dupont Azurial Café Grand'Mère

FOURNISSEURS OFFICIELS



Coca Cola
Quick Groupe Lempereur Coca Cola
Kipcom
Pièces-auto ID Verde Prodjekt