Avant RC Lens-ESTAC Troyes | RC Lens
Partagez cet article

Publié le 07/09/2022 à 12h52
Mis à jour le 07/09/2022 à 16h40

À quelques jours de la réception de Troyes à Bollaert, le coach Franck Haise et son défenseur Jimmy Cabot se sont présentés devant les journalistes pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. L’occasion pour les deux protagonistes artésiens d’évoquer de nombreux sujets dont l’état physique des troupes, les performances et les résultats positifs du moment…

Le groupe

Alors qu’il pourra compter sur Seko Fofana et Gaël Kakuta de retour de blessure, Franck Haise devra composer avec les absences d’Adam Buksa, Adrien Louveau, Deiver Machado et Wesley Saïd. « Adam a parfaitement respecté les différentes étapes de convalescence et le planning, même s’il aurait préféré reprendre plus vite. Mais il devait faire preuve de patience et procéder étape par étape. Il a repris l’entraînement collectif depuis quelque temps, sans aménagement cette semaine. Il a beaucoup d’envie et il est prêt à être dans le groupe dès ce week-end. Wesley (reprise de la course demain) et Adrien Louveau (mollet, en phase de reprise individuelle) sont indisponibles ce week-end. Quant à Deiver Machado, il sera suspendu face à l’ESTAC. »

Série d’invincibilité

Avec six matchs sans défaite (4 victoires et 2 nuls), le Racing effectue une bonne entame de saison. Un « petit » plus non négligeable pour le défenseur lensois : « Cela confirme tout ce qui est mis en place et l’évolution du club. C’est important de garder ce genre de série le plus longtemps possible. Ça montre que l’on est une équipe dure à battre, menée ou non. » Une culture de la gagne qu’entretiennent les Sang et Or comme le confirme leur coach : « On aime gagner, on essaye de s’en donner les moyens. Quand on ne peut pas le faire, on cherche à refuser la défaite. »

Pour y parvenir, Jimmy Cabot explique la recette : « Notre groupe est très homogène. Il y a un gros niveau de performance chez chaque joueur. Lorsqu’il y a de la rotation, on constate une bonne compensation de la part de ceux qui jouent. La concurrence est saine et c’est un plaisir de travailler ici au quotidien. Ça se passe positivement, dans une bonne ambiance. Sur le terrain, on a confiance en notre jeu. Même à 10 contre 11, on sent que l’on a des situations, que l’on garde le pied sur le ballon au lieu de subir. On parvient toujours à développer notre jeu, à trouver une solution. C’est aussi une question de personnalité car on est des compétiteurs qui veulent gagner. Par exemple, on ne se voyait pas perdre à Reims. »

Son entraîneur adhère à cette analyse : « Quand on est dans une spirale positive ou dans une moins bonne, l’essentiel est d’adopter une forme d’équilibre. Il faut de la stabilité dans les entraînements, dans l’investissement, dans l’engagement de tous. Tous les joueurs doivent être focus, même ceux qui jouent moins. Ça fait partie de mon rôle, de celui du staff et du club de s’assurer que tout le monde réponde présent. »

L’équipe troyenne

Le Racing affrontera dans deux jours l’ESTAC qui avait mal débuté le championnat (3 défaites lors des 3 premières journées). Néanmoins, cette formation montre depuis une semaine un meilleur visage comme l’énonce Franck Haise : « Les Troyens ont changé la donne sur les trois derniers matchs et ont engrangé beaucoup de confiance. Ils ont battu Angers chez eux en inscrivant trois buts (3-1), ils ont été gagner à Monaco en en marquant quatre (2-4). Malgré l’expulsion précoce d’un de leurs défenseurs centraux, ils ont tenu en échec Rennes (1-1). C’est une équipe qui a de très bons joueurs. Elle a été capable de faire de gros matchs en une semaine. Elle est très dangereuse car elle est capable d’ouvrir peu d’espaces, d’aspirer l’adversaire, de faire très mal dans les situations de transition et elle est très habile sur les phases arrêtées. Ce regain de confiance est un vrai booster pour elle. »

Formé dans le club champenois, Jimmy Cabot le connaît bien même si, depuis son départ de l’Aube, il a beaucoup évolué : « J’ai grandi à Troyes. J’ai fait toutes mes classes, j’ai signé mon premier contrat professionnel et décroché un titre de champion de Ligue 2 à l’ESTAC. Depuis quelques années, c’est un club qui fait l’ascenseur et qui a du mal à se pérenniser en Ligue 1. Il fait de belles choses, s’est renforcé et a mis en place de beaux projets. J’espère qu’il arrivera à faire quelque chose de fort dans l’élite. »

Les recrues estivales

Le tacticien s’est penché sur certaines recrues, en commençant par le numéro 26 : « Salis (Abdul Samed) est venu à l'essai il y a plus de trois ans. Il avait montré des choses mais ce n’était pas suffisant à ce moment-là. On savait néanmoins qu’il avait un vrai potentiel. Nous avons donc gardé un œil sur lui. Maintenant, il entre parfaitement dans ce que l'on recherchait. » Son équipier Jimmy Cabot ajoute : « Il a vraiment de « good vibes » et est toujours de bonne humeur. Il est très exubérant dans tous les sens du terme, excessif mais de manière positive. Ça met de la bonne ambiance dans le groupe. Son intégration s’est passée à 2000% à l’heure. Il a très vite été à l’aise. »

Derniers arrivés au sein de l’effectif lensois, Alexis Claude-Maurice et Jean Onana ont découvert le Racing, Bollaert et ses supporters des tribunes. « Ils sont arrivés le jour de Lorient. » rapporte Franck Haise. « Ils ont vu tout de suite à quoi ressemble le club ! À Reims, ils ont fait une bonne entrée dans un match pas facile. On suivait Jean depuis un moment. On savait qu’il pouvait très bien s’intégrer à notre jeu, jouer un peu plus bas, box to box. On s’est entretenu tous les trois pour affiner notre projet de jeu, nos principes, à travers le visionnage de vidéos. Hors du terrain, ils sont réservés. Ce sont deux bonnes personnes. »

Concernant le joueur présent en conférence de presse ce jour, le coach ne tarit pas d’éloges : « Avec Jimmy, on a dû faire face à une longue blessure, même s’il était dans un bon état physique à son arrivée. Il a fallu franchir des étapes, y aller intelligemment avec une montée en puissance pendant les matchs de préparation. En championnat, il a fait de bonnes entrées et lors de sa première titularisation, il a fait un très bon match avec une grosse débauche d’énergie. Contre Reims, il a été auteur d’une très belle performance. Il est à un niveau très intéressant, tout en intégrant nos principes de jeu. »

Le principal intéressé juge sa progression et son état de forme : « Après quelques mois de blessure, j’appréhendais mon retour sur le terrain. J’avais à cœur de faire une bonne impression. J’avais des alertes à la cheville et de petits pépins de compensation. La préparation m’a aidé et j’ai pu franchir un cap dans l’impact. J’ai pu augmenter mon intensité petit à petit. Je suis assez satisfait de mon début de saison, et je suis content car physiquement je suis à 100% dès que le coach fait appel à moi. »

De retour de prêt au Racing, Ismaël Boura est un joueur en pleine progression. Passé par plusieurs étapes, Franck Haise relate son parcours : « Pour tous les joueurs qui connaissent des prêts, il y a une évolution. Ils se rendent compte que des choses différentes se font ailleurs : meilleures, plus compliquées, moins fluides... C’est une vraie expérience, surtout pour les jeunes joueurs. C’était important pour lui qui n’avait jamais bougé du club. Ça fait cinq ans que je suis là, que je connais Ismaël. Il a toujours évolué et constamment été engagé. Il était réservé à mon arrivée au club, il a pris le temps, a grandi, a porté le brassard de capitaine de l’équipe réserve, a été intégré au groupe professionnel, puis a été prêté. Il est toujours en apprentissage et progresse. Il peut évoluer à différents postes de la défense. Il peut être polyvalent. Je suis content de son début de saison. Il fait partie intégrante du groupe. »

jour de conf' en vidéo

rclens.fr