Suivant Précédent
Vidéos Youtube Vidéos Youtube

Médias

Médias

Fiche d'identité

  • Nom : Racing club de Lens

  • Date de création : 1906

  • Couleurs : Sang et Or

  • Statut : Société Anonyme du Sport Professionnel

  • Président : Gervais Martel

  • Siège : Centre technique et sportif de La Gaillette

  • Nom du stade : Bollaert-Delelis

  • Capacité du stade : 38 223 places

Liens directs


youtube rclens youtube rclens youtube rclens
youtube rclens youtube rclens

www.rclens.fr

Stade - Histoire

Fruit de la passion d'une région, d'une ville, d'un club, ce bâtiment, écrin de la ferveur sang et or, à la grandeur et à la modernité sans cesse affirmées, est entré dans le XXIe siècle avec une pleine confiance en son avenir. Certains en oublieraient presque qu'il fêtera bientôt ses 90 années d'existence !

Avant

1906, Le RCL vient de naître, et les jeunes footballeurs lensois s'en donnent à coeur joie sur la Place verte, derrière le kiosque à musique (l'actuelle Place de la République). Cependant, l'année suivante, le voisinage peu habitué à tant d'enthousiasme "fracassant" oblige nos mordus à émigrer. Ils s'installent provisoirement à la fosse 2 de Lens, dans la pâture Mercier, située à la limite de Loison.


La place verte (actuelle place de la République), premier terrain de jeu des footballeurs lensois

Les propriétaires des jardins des alentours se plaignent également. Heureusement, la Société des Mines de Lens met à leur disposition un vaste champ (actuelle cité des Fleurs) situé entre la route de Béthune, la voie de chemin de fer et la gendarmerie.
Les mines reprennent leur terrain, en 1912 afin d'y bâtir des logements pour les ouvriers. Le club s'installe alors au terrain de la Glissoire, près de la fosse 5, entre Lens et Avion. Au sortir de la Première guerre mondiale, tout est en ruine : les constructions ont été rasées, plus un pan de mur ne tient debout, tous les terrains sont retournés...
Grâce au directeur du Comité de secours américain, la pâture Tacquet, ancienne piste d'entraînement pour chevaux de course située dans le marais, est déblayée, nivelée, et devient le terrain d'entraînement d'une petite équipe qui, en contrepartie, s'appelle Union sportive du foyer franco-américain (USFFA). Retrouvant son identité en 1922, le Racing club de Lens reprend, par la même occasion, son terrain officiel : le terrain de la Glissoire.
Deux ans plus tard, le club s'installe au Stade Municipal Raoul Briquet (aujourd'hui Léo-Lagrange). Dorénavant, le terrain de la Glissoire n'est plus utilisé que pour l'entraînement et les matchs amicaux.

Le temps des Houillères

En 1932, un stade est construit par les mines de Lens sur des terrains vagues entre les carreaux des Fosses 1 et 9, propriété des Houillères du Pas-de-Calais. Après quatre ans, à la mort du président du Conseil d'Administration des Mines de Lens, il prend le nom de celui-ci... Un nom aujourd'hui connu de tous les passionnés de football : Félix Bollaert.


Emplacement du stade Bollaert en 1934

Inauguration du stade Bollaert en 1934

Dès 1934, ce stade est gracieusement mis à la disposition du RCL, et, pendant quarante ans, il sera le symbole de l'alliance entre charbon et ballon rond en Artois.


Mise en place des premiers pilônes de projecteurs autour du stade

Durant cette période, les Houillères assurent l'entretien et les travaux d'aménagement du stade avec notamment, le 20 avril 1954, l'inauguration des premières installations de nocturnes.

La municipalité à la rescousse

Au début des années 70, la crise économique touchant les charbonnages viendra mettre un terme à cette relation privilégiée avec le Racing. N'ayant plus les moyens d'entretenir le stade Bollaert, les Houillères signent, le 1er avril 1974, une convention de mise à disposition gratuite du stade à la ville de Lens. Une rénovation est engagée afin d'accueillir les coupes européennes.


Un stade ovale avec deux virages, tel était Bollaert avant l'érection de la Trannin

Suite à un incident (chute d'un bloc de béton de la toiture de la tribune d'honneur) survenu au cours du match Lens-Nancy, la municipalité décide d'entreprendre les premiers travaux nécessaires aux mesures de sécurité. Outre ces mesures, une rénovation est également engagée afin d'accueillir les coupes européennes.


Vue de l'entrée de la tribune d'honneur (actuellement Lepagnot)

Deux ans plus tard, le passage de témoin à la municipalité est définitivement accompli par la signature, le 7 septembre 1976, de la convention de cession du stade à la ville. C'est aussi le début d'une métamorphose pour ce stade ovale avec, en lieu et place du virage ouest, la construction d'une première grande tribune droite, d'une capacité de 12000 places : la Trannin.
En 1977, la qualification pour la Coupe de l'UEFA est l'occasion de nouveaux travaux visant notamment à l'amélioration de l'éclairage (porté à 1000 lux) et à l'agrandissement de la capacité d'accueil du stade. C'est le début de la construction des tribunes Tony Marek (Secondes) et Xercès Louis (Panoramiques), d'une capacité respective de 10000 places debout et 5000 places assises, tribunes inaugurées l'année suivante.

Le Championnat d'Europe des Nations

Le choix de la candidature française à l'organisation du Championnat d'Europe des Nations 1984 est à l'origine d'un formidable chantier aboutissant à une nouvelle métamorphose du stade. Avec l'ajout à la tribune d'honneur (tribune Lepagnot) d'un étage de 3 600 places assises, et, surtout, l'érection de la nouvelle tribune Delacourt (20 000 places debout), Bollaert acquiert enfin la forme "à l'anglaise" que nous lui connaissons. D'autres travaux sont également réalisés à cette occasion dont l'augmentation de l'éclairage à 1200 lux et l'aménagement d'un bâtiment administratif abritant les bureaux du RCL.


Début de la construction de la Lepagnot

L'ancienne tribune d'honneur est encore en place

Le 10 septembre 1982 a lieu la pose de la première pierre par Madame Edwige Avice, Ministre de la Jeunesse et des Sports. L'inauguration de ces travaux a lieu le 13 juin 1984, date du premier match de l'Euro 84 à Lens.


Ce 15 février 1992, 48 912 spectateurs prirent place afin d'assister au match entre Lens et
Marseille (victoire 2-1 des Sang et Or). La recette s'éleva à près de cinq millions de francs.
Pour l'époque, un record dans l'histoire du championnat de France !

La capacité du stade est alors portée de 39.000 à 51.000 places, ce qui à l'époque en fait le plus grand stade français (il en sera ainsi jusqu'aux travaux d'aménagement et de construction des stades pour la Coupe du monde 1998).

La Coupe du Monde

Ayant, l'honneur d'accueillir la plus prestigieuse des compétitions de football, le Stade Bollaert entame, dès juillet 1995, une nouvelle et profonde transformation : la plus ancienne des tribunes - la Trannin - disparaît sous les pelleteuses avant d'être reconstruite et ouverte au public en février 1996. La Delacourt, qui lui fait face, suit aussitôt le même chemin, sa reconstruction étant achevée en août de la même année. L'érection, un an plus tard, de la nouvelle tribune Lepagnot marque l'achèvement des travaux.


La Delacourt en 2000

Equipée d'installations modernes (système de vidéosurveillance interne et externe, éclairage encore amélioré, nouveaux vestiaires, nouvelles salles de réception, etc.) et bénéficiant surtout, avec ses 41 649 places toutes assises, d'une parfaite qualité d'accueil pour le public, l'enceinte lensoise fait peau neuve. Ce sont les Bleus, futurs champions du monde, qui viennent l'inaugurer, le 11 octobre 1997, en amical, face à l'Afrique du Sud. Six rencontres de Coupe du monde (dont le huitième de finale France-Paraguay, resté gravé dans toutes les mémoires) seront disputés avant que la pelouse artésienne ne connaisse de nouvelles épopées européennes avec le Racing, et notamment une demi-finale de coupe de l'UEFA face à Arsenal.


Le stade Bollaert dans sa configuration "1998"

Le début du XXIe siècle


La tour de sécurité entre
la Lepagnot et la Trannin

A l'été 2004, l'aménagement, en tribune Lepagnot, de nouveaux salons intérieurs et de places pour les entreprises partenaires du club, réduit la capacité du stade à 41 233 sièges. Les bureaux du stade déménagent sous la tribune Delacourt, et une tour de sécurité, dotée des équipements les plus modernes est érigée entre les tribunes Lepagnot et Trannin. Au début de l'année 2007, dans l’optique de la Coupe du Monde de Rugby prévue à l’automne, deux écrans vidéo géants sont installés à deux angles du stade.

Fin septembre 2012, quelques jours après le décès d'André Delelis (ancien Maire de Lens dont l'action fut si importante pour le club), le stade est rebaptisé "Bollaert-Delelis".

 

L'EURO 2016

A l'occasion du Championnat d'Europe 2016, organisé en France, une rénovation complète est entreprise. C'est ce stade, fleuron de la modernité en matière d'enceintes sportives, qui vous accueille désormais pour vous permettre de vivre, dans le confort et la sécurité, la passion sang et or !


Le stade Bollaert-Delelis aujourd'hui
Crédit photo : Cardete Huet Architectes & Atelier Ferret Architectures
www.rclens.fr
Partager - Archiver - Commenter
PARTENAIRES PRINCIPAUX


Umbro
Auchan

PARTENAIRES OFFICIELS



Cheminees Philippe Just Mutuelle
Pièces-auto
Lebrun Coca Cola Dupont Dupont

FOURNISSEURS OFFICIELS



Agate Météo Coca Cola Groupe Lempereur ID Verde
Café Grand'Mère Azurial Azurial Azurial
 

PARTENAIRE MEDIA



horizon