Suivant Précédent

Fiche d'identité

  • Nom : Racing club de Lens

  • Date de création : 1906

  • Couleurs : Sang et Or

  • Statut : Société Anonyme du Sport Professionnel

  • Président : Gervais Martel

  • Siège : Centre technique et sportif de La Gaillette

  • Nom du stade : Bollaert-Delelis

  • Capacité du stade : 41 233 places assises

Liens directs


youtube rclens youtube rclens youtube rclens
youtube rclens youtube rclens youtube rclens

Fonds de page

www.rclens.fr

Antoine Kombouaré : « Sortir vainqueur du derby ! »

Au lendemain du match nul concédé face à Tours, et à deux jours d'un court et crucial déplacement à Valenciennes, le coach lensois Antoine Kombouaré a répondu aux questions de la presse, ce samedi matin, concernant ces deux rencontres…
Suivez la rencontre en live-écrit sur rclens.fr, en live-radio sur notre chaîne Youtube et sur nos réseaux sociaux Twitter et Facebook.

Entretien

Retrouvez la conférence de presse d’Antoine Kombouaré en vidéo, axée sur le match Valenciennes - Lens, sur la chaîne officielle Youtube : www.youtube.com/rclensofficiel.

Antoine, la nuit a-t-elle été difficile après le match d'hier ?

« Oui, elle a forcément été très difficile car on espérait une victoire. Difficile aussi parce qu'on avait le sentiment d'avoir fait une bonne première mi-temps. On menait au score mais on n'a pas été capables de garder cette petite avance. Ce qui m'embête surtout, c'est cette deuxième mi-temps. On a été incapables de tenir le ballon... Contre Brest, il y avait beaucoup de frustration, là, c'est de la déception. »

Est-ce que votre équipe vous inquiète ?

« Bien sûr mais ça ne date pas de maintenant. Je suis inquiet depuis la deuxième ou troisième journée. Je suis inquiet car on commence à trouver le temps long. Il y a de bonnes choses, forcément, mais on n'est pas capables, aujourd'hui, de tenir notre niveau sur une heure et demi. Et puis, dans les têtes, ça cogite beaucoup. On n'a pas la réussite avec nous. Beaucoup de choses qui font qu'aujourd'hui, on n'arrive pas à enclencher... J'insiste sur le fait qu'il y a de bonnes choses mais pas sur la durée. A Brest, on a le sentiment de faire un bon match, et on repart avec une défaite. Hier, on produit une bonne première mi-temps. Et, en seconde période, même si je suis déçu que l'on ne mette pas le pied sur le ballon, Tours n'est pas dangereux non plus : c'est un match fermé. Là, il faut que l'on soit capables de gagner en ne jouant pas bien. Je ne pense pas que toutes les équipes qui sont devant, fassent toujours des bons matchs. Mais elles savent « tuer », elles savent gagner. Nous, c'est ce que l'on doit apprendre de cette deuxième mi-temps jouée hier. »

Pas de pépins physique à l'issue du match ?

« Mathias [Autret] souffre un peu des adducteurs mais, pour le reste, ce ne sont que des contusions. Bien sûr, avec la fatigue et le fait de ne pas gagner, les douleurs se font plus ressentir. Mais aujourd'hui, il y a des soins, du repos. On va retaper tout ça pour se préparer au mieux pour lundi. »

On a parfois l'impression que votre équipe a peur quand elle n'a pas le ballon...

« Je ne pense pas. Pour avoir eu une petite discussion avec certains, c'est surtout le fait que, comme la victoire ne vient pas, on veut surtout préserver le résultat. Dans l'esprit, c'est bien mais il y a surtout la façon dont on veut préserver le résultat. Il faut défendre quand on n'a pas le ballon mais il faut continuer à jouer, à faire peur à l'adversaire, à aller de l'avant. Maintenant, c'est clair que l'équipe doute. Mais ce n'est pas de la peur. Ce n'est pas ce que j'ai ressenti... Pour avoir connu le terrain, j'essaie aussi de comprendre. Et c'est vrai que les joueurs peuvent se dire qu'à Brest, ils ont joué et ont été punis. Inconsciemment, hier, ils ont pu avoir envie de travailler uniquement pour préserver le résultat. »

Seule une victoire pourra effacer le doute ?

« C'est clair que tout le monde attend une victoire. Et plus vite elle viendra, mieux ce sera. Cela pourrait forcément débloquer les têtes, et lancer notre championnat. Je n'ai pas peur de vous le dire : pour récompenser notre public qui nous soutient, nous pousse malgré nos prestations, pour lui faire plaisir, le mieux serait que la victoire arrive dans ce derby... On n'a pas fait exprès de se retrouver dans cette situation mais si l'on veut un déclic, le mieux serait que cela arrive contre Valenciennes. Concernant notre public, je suis admiratif. Je suis conscient de la chance que l'on a. Maintenant, je sais que ce soutien a ses limites. D'où l'importance de gagner ce derby pour ce public qui a toujours été derrière nous... Ils sont encore en train de prouver que c'est le meilleur public de France. J'ai choisi de venir ici parce que j'ai toujours pensé cela. C'est ce que je dis aux joueurs : ils ne peuvent pas imaginer avoir ailleurs un public aussi exceptionnel. Peut-être que pour certains, cela peut être aussi une pression qu'ils ont du mal à supporter. Je ne sais pas... Aujourd'hui, on a joué quatre matchs de championnat à domicile, et on n'a toujours pas gagné. Et ce n'est pas faute, pour les joueurs, d'avoir fait les efforts... même si ce n'est pas de la meilleure façon, pas ensemble. Et puis surtout, dans les temps faibles, il faut être capable de mettre le pied sur le ballon. »

Au vu de cette situation, pensez-vous vous être trompé sur certains choix ?

« Aujourd'hui, je ne peux pas affirmer ça... Même si ce n'est plus une excuse, on a eu l'arrivée de onze joueurs. Et, forcément, je m'attendais à ce que ce soit compliqué, difficile mais pas à ce point-là... Aujourd’hui, je n'ai pas d'autres choix que de continuer à travailler avec ces joueurs, faire qu'ils soient meilleurs, et surtout aller chercher cette première victoire pour débloquer la situation... Le principal souci a été le mercato qui a retardé le travail avec les cadres de la saison dernière qui, eux, pour la plupart, avaient des envies de départ. On a d'ailleurs vécu cela jusqu'aux derniers jours du mercato. »

On dit qu'un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne. Une expression surfaite ou la réalité du moment ?

« En tous cas, aujourd'hui, c'est le cas. Il faut gagner ce derby... Même si l'on fait un très mauvais début de championnat, même si l'on est dans le dur, dans la difficulté, il faut que l'on trouve les ressources nécessaires et qu'il y ait une mobilisation de ce groupe qui est aujourd'hui meurtri et affaibli. Dans ce derby, il faut que l'on retrouve des qualités que l'on a peut-être perdues, que l'on n'a pas aujourd'hui. Tout le travail de ces deux jours va consister à aller dans ce sens-là. Le mot d'ordre est de faire bloc et, quelque soit la manière, de sortir vainqueur de ce derby. »

Votre prochain adversaire, Valenciennes, est dans une situation très différente avec une victoire à Créteil tout en étant réduit à dix. Que pouvez-vous nous en dire ?

« C'est une équipe jeune avec beaucoup de qualités offensives. Sur leur avant-dernier déplacement, ils avaient été gagner en marquant cinq buts. J'avais également regardé la réception de Dijon où ils ont eu une petite panne. Mais c'est une équipe qui va toujours de l'avant, une équipe qui se projette vite, une équipe assez complète. Elle s'appuie sur un début de saison « canon ». Ils ont onze points. L'écart avec nous commence à être lourd. A nous de travailler fort pour que ce déplacement se solde par un résultat positif. »

Que retenez-vous de votre passage sur le banc de Valenciennes ?

« Cela a été un passage important. On a été champion de Ligue 2. On a donc fait la montée. On a pu aussi créer des infrastructures qui sont aujourd'hui en place, que ce soit le centre d'entraînement ou le stade. Je pense aussi à ces joueurs qui ont formé cette belle équipe et qui ont participé à cette aventure. Et je n'oublie pas le binôme avec Francis Decourrière [ancien président du VAFC]. C'est quelqu'un que j'apprécie toujours et avec qui j'entretiens de très bonnes relations... J'aime beaucoup ce club mais, aujourd'hui, je suis lensois, et je n'ai qu'une envie : aller montrer que l'on est une belle équipe capable, dans les moments difficiles, de se retrousser les manches pour aller chercher une belle victoire sur les terres valenciennoises. C'est la seule chose qui compte à mes yeux. »

www.rclens.fr
Partager - Archiver - Commenter
PARTENAIRE PRINCIPAL


Umbro


PARTENAIRES OFFICIELS



Café Grand'Mère Just Mutuelle
Crédit agricole Café Grand'Mère Pas de Calais Dupont Azurial Café Grand'Mère

FOURNISSEURS OFFICIELS



Coca Cola
Quick Groupe Lempereur Coca Cola
Kipcom
Pièces-auto ID Verde Prodjekt